Anne de morale

22 septembre 2017

journée sans voiture, pourquoi ?

Nous sommes revenus sur la journée de dimanche. Outre l'absence de voiture et le fait de pouvoir rouler à vélo, en roller, en trottinette et autre overboard, nous sommes tombés d'accord pour dire que c'était bien chouette, ce silence sans le bruit continu des moteurs. 

Nous avons quand même rappelé qu'en ce jour sans voiture, tous les coups n'étaient pas permis pour autant et que le code de la route restait d'application !

En parlant des dérogations octroyées à certaines personnes qui ne pouvaient faire autrement que d'utiliser leur voiture ce jour-là (médecins de garde, personnes âgées, etc.), on s'est un peu moqué quand même de toutes les personnes incapables de se passer de leur voiture pour un seul jour. Passé 19h, heure de la fin de l'interdiction des voitures, certains conducteurs se sont mis à rouler comme des animaux sauvages qu'on aurait gardé en cage toute la journée ;))

Le but de cette journée est aussi de faire découvrir aux gens qu'il existe d'autres façons de se déplacer que la voiture. En effet, si tout le monde connait l'existence des transports en commun, certains ne les prennent jamais ! Ils étaient donc gratuits pour l'occasion afin d'inciter les gens à les utiliser.

En plus de la pollution sonore, nous avons évidemment parlé de pollution tout court, celle de l'air; on a expliqué "à la grosse louche" comment cela se faisait qu'un moteur polluait et en quoi c'était dangereux. Nous avons parlé essence et diesel... Je vous ai expliqué que des mesures de la pollution de l'air prises seulement à 10 heures, soit, après seulement une demi heure de journée sans voiture, montraient une diminution de celle-ci d'un tiers à la moyenne. Et elle était 5x moins importante après seulement quelques heures ...

5 fois moins de pollution au NO2 à Bruxelles après quelques heures sans voiture, selon Greenpeace

Des militants de Greenpeace ont placé un appareil de mesure de la pollution au NO2 dans la rue Belliard à Bruxelles à l'occasion de la Journée sans voiture. A 13h, l'appareil mesurait à cet endroit cinq fois moins de microgrammes par mètre cube de NO2,...

https://www.rtbf.be

Nous avons parlé des changements d'habitudes nécessaires pour diminuer la pollution. Les files pour entrer dans Bruxelles, le matin, pourraient déjà être réduites de moitié si tous ces gens qui viennent travailler dans notre ville mais habitent à l'extérieur ne voyageaient pas seuls dans leur voiture. A l'heure des réseaux sociaux, il est facile de trouver des personnes dont le trajet journalier pourrait être compatible ! Cela s'appelle le co-voiturage. On a parlé dans certaines classes aussi de l'avénement du télétravail qui arrange employeur et employés pour peu que le métier s'y prête.

Je vous ai également fait part d'une expérience menée par 2 journalistes lundi matin: ils ont décidé de rallier la gare de Rixensart aux studios de la RTBF au Boulevard Reyers. Distance : 25 km. L'un le fait en transports en commun, l'autre en voiture. Rapidité et convivialité pour l'un. Stress et lenteur pour l'autre... Sans surprise, les transports en commun sont les grands gagnants de l'expérience !

 

Entre Rixensart et Bruxelles, qui de la voiture ou du train arrivera en premier?

En guise d'illustration à la première journée de la semaine de la mobilité, la rédaction nous a lancé un défi. Qui de ma collègue Françoise Baré (en voiture) ou de moi-même (en train et tram) ralliera le premier notre studio du Boulevard Reyers, à...

https://www.rtbf.be

 

 

 


17 septembre 2017

Le pied de nez de l'artiste français JR à Donald Trump

Dans certaines classes, nous avons vu qu'un artiste français avait créé une oeuvre pour narguer Donald Trump. 

Le contexte : on se souvient que l'année dernière, durant la campagne électorale, Donald Trump, qui n'aime pas les Mexicains entrés illégalement aux USA, a promis de construire un mur entre le Mexique et les USA afin de les empêcher de passer. Encore plus fort : il a promis que les Mexicains eux-mêmes financeraient (= payer) ce mur... 

JR a tout simplement photographié un enfant de 2 ou 3 ans et en a fait un agrandissement qu'il a installé juste derrière la palissade. Kikito est un petit enfant qui vit avec sa famille près du mur, du côté mexicain.

 

Voici l'oeuvre :

 

Nous avons tenté de comprendre en quoi cette photo pouvait être une provocation de l'artiste... Chacun d'entre vous y est allé de son interprétation : un petit garçon qui est triste et qui regarde de l'autre côté où il aimerait bien aller lui aussi, un petit garçon qui nargue les gardes qui se trouvent de l'autre côté du mur et qui surveillent les allées et venues et enfin, "même un petit garçon de 2 ou 3 ans pourrait passer de l'autre côté" = "ce n'est pas ton petit mur qui nous arrêtera !" Au passage, on note qu'il n'existe pas une seule bonne réponse à l'interprétation d'une oeuvre d'art !

Pour compléter cette analyse, je vous ai fait part d'une décision prise par Donald Trump la semaine dernière : il a supprimé un programme mis en place par Obama et qui garantissait à certains mineurs arrivés illégalement aux USA le droit de ne pas être inquiétés par les services de l'immigration et de bénéficier des mêmes aides que les petits Américains. Ce programme s'appelait DACA. Et les 800000 enfants concernés s'appelaient les "Dreamers" (traduction : les rêveurs)...

 

"Dreamers" : Trump brise le rêve des jeunes immigrés clandestins

Pour la première fois de sa présidence, Donald Trump, plutôt du genre à ne douter de rien (et surtout pas de lui-même) donne le sentiment de ne pas assumer pleinement l'une de ses décisions.

http://www.liberation.fr

 

Posté par Anne de morale à 15:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

Harvey, Irma, José et moi

Cette semaine, le fil de notre leçon sur les voyages et les touristes a été quelque peu bousculé par l'actualité. En effet, le fait que 3 ouragans de très forte puissance se suivent au cours d'une même saison est un phénomène suffisamment rare pour modifier notre planning !

Nous avons parlé de l'ouragan Harvey qui a déjà causé des dégâts considérables aux alentours de la rentrée scolaire et, pendant ce temps, Irma prenait des forces. Alors qu'Irma était paroxysme (= au maximum) de sa puissance, José se préparait déjà ! 

Où ? Nous avons regardé sur ma belle carte du monde :)) région Caraîbes, Antilles françaises, Floride

 

 

 

Nous avons vu qu'on donne un nom aux ouragans pour les distinguer les uns des autres et que la 1ère lettre de leur nom suit l'alphabet. Quand on finit l'alphabet, eh bien, on doit malheureusement recommencer ...

J'ai bien insisté sur le fait que nous avions, nous, la chance de vivre dans un endroit du monde où nous ne connaissions que de petites tempêtes-eke. Comment cela se fait-il ? Pour former un ouragan très puissant, il faut de l'eau chaude et nous n'en avons pas vraiment à proximité. Nous avons un peu discuté de la manière dont se forment les ouragans.

 

Comment s'est formé l'ouragan Irma, l'un des plus puissants de l'histoire

Par Etienne Jacob AFP, Reuters Agences INFOGRAPHIE - Les tempêtes tropicales comme Irma sont des dépressions qui, au contact de mers chaudes, prennent de l'ampleur jusqu'à devenir des tempêtes dévastatrices lorsqu'elles atteignent les côtes et l'intérieur des terres. C'est imminent. Irma s'apprête à frapper les Caraïbes.

http://www.lefigaro.fr

 

Ensuite, nous avons vu qu'ils sont classés selon leur puissance en 5 catégories. Je vous ai expliqué que contrairement aux tremblements de terre, on peut prévoir l'arrivée d'un ouragan mais pas toujours sa trajectoire avec une grande précision. C'est ainsi par exemple qu'Irma était plutôt attendu sur la côte est de la Floride et que c'est finalement la côte ouest qui a été le plus durement touchée. Nous avons parlé de l'évacuation de toute une population, de la destruction des maisons qui sont aussi souvent moins solides que les nôtres.

 

L'ouragan passé, Miami découvre l'ampleur des dégâts

Ce dimanche soir, la nuit est venue clore l'épisode Irma sur Miami. Bien que le vent continuait de souffler violemment dans la nuit de dimanche à lundi, la 8e métropole des Etats-Unis peut d'ores et déjà respirer ; l'ouragan "nucléaire", tel que l'avait qualifié le maire de Miami Beach mercredi, n'aura finalement pas atteint le niveau de destruction redouté.

http://www.liberation.fr

 

Ce qui nous préoccupe à présent, c'est le sort de la population, surtout les îles touchées avant l'arrivée d'Irma en Floride : nous avons vu que ces îles, bien que magnifiques, avaient déjà été durement touchées par le passé et ne se remettraient que très difficilement de ces catastrophes naturelles. 

 

BLOG - Du paradis à l'enfer, il faut aider Saint-Martin après le passage d'Irma

Qui n'aime pas les Antilles? Leur climat agréable, leurs plages accueillantes, leur cuisine épicée, leurs paysages aux senteurs humides de vanille, leur métissage coloré, leurs rythmes envoûtants? Depuis ce 7 septembre, Irma n'a pas été la douce. Elle a collé une sacrée frousse à des populations calfeutrées, menacées et dont certaines ont beaucoup perdu.

http://www.huffingtonpost.fr

 

Si nous avons évoqué ce sujet, c'est aussi en anticipant l'aide internationale colossale qui va être nécessaire pour venir en aide aux personnes sinistrées et ensuite reconstruire ce qui a été détruit. Nous reparlerons d'accès à l'eau potable, etc. 

Posté par Anne de morale à 14:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

10 septembre 2017

Vacances, voyage, tourisme, etc.

Bonjour à tous ! 

On s'y remet ?

Après une fin d'année lacunaire (il manque les sujets du mois de juin, je comblerai le vide petit à petit), on reprend les bonnes habitudes en ce début septembre ! Bonne rentrée à tous ! 

Source: Externe

Au cours, nous avons déjà bien entamé l'année puisque le premier sujet est lancé et nous occupe pour 2 semaines minimum. Histoire d'effectuer une transition en douceur avec les vacances, nous nous interrogeons sur ce qui nous pousse à partir à l'étranger pendant les congés.

Plein de raisons sont évoquées : se relaxer, certains me parlent de récompenses après une année d'école, de travail, changer d'air, se changer les idées, voir des choses qu"on n'a pas l'habitude de voir, rencontrer de nouvelles personnes, visiter de beaux sites, de belles villes, apprendre les rudiements d'une langue étrangère, etc. La liste est longue, nous essayerons d'en garder une trace au cahier dés que nous en aurons un ;)

La question suivante, plus difficile ! Après avoir réfléchi à tout ce que le pays visité peut nous apporter, nous réfléchissons à ce que nous, touristes, nous apportons aux pays visités. Beaucoup évoquent entre autres l'argent : nous étudions un peu comment, par exemple, dans un hôtel, l'argent apporté par les touristes peut faire vivre non seulement le propriétaire de l'hôtel mais également les cuisiniers, serveurs, le personnel d'entretien, les réceptionnistes, les jardiniers, etc. Et c'est ainsi que nous nous rendons compte qu'à l'échelle d'une ville, par exemple, beaucoup de métiers sont liés de près ou de loin à la fréquentation des lieux touristiques.

On pourrait dés lors croire que le monde est bien fait et que c'est une affaire qui tourne... c'est malheureusement un peu plus compliqué que cela... je vous ai tenu en haleine la semaine dernière en vous annonçant que malgré l'apport d'argent des touristes, de plus en plus de villes très touristiques en ont marre de leurs visiteurs et commencent à développer un certain refus de les voir débarquer. Nous en sommes resté là et nous allons développer cette semaine les multipes raisons de cette aversion (quand on n'aime pas) grandissante... Suite cette semaine donc... ;))

 

 

 

Posté par Anne de morale à 19:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

13 mai 2017

élections et liberté de presse

Cette semaine, nous avons parlé du résultat des élections en France, bien évidemment. Mais en marge des résultats, j'ai expliqué dans certaines classes que des journalistes n'avaient pas reçu d'accréditation ( = autorisation pour couvrir un événement) pour la soirée électorale de Marine Le Pen (Front National) dimanche soir. Le parti a accordé des accréditations à certains et non à d'autres. Les journalistes ont protesté une première fois contre cette façon de procéder après le 1er tour des élections mais cela n'a rien changé. Du coup, par solidarité pour leurs confrères qui n'ont pas pu entrer, ceux qui avaient obtenu une accréditation ont également décidé de ne pas couvrir l'événement ou de le faire mais de l'extérieur : une manière de protester contre les décisions arbitraires du FN. Le FN se défend en arguant du fait qu'il n'y avait pas de places pour tout le monde. Mais ces arguments semblent peu crédibles car certains s'y sont pris bien à l'avance et n'ont pas obtenu d'accréditation alors que d'autres, nettement plus tardifs, ont reçu le précieux sésame.

Nous avons vu que dans un état démocratique, il était très grave de tenter d'intimider un journaliste ou de l'empêcher de faire son travail. On appelle cela la LIBERTE DE PRESSE : c'est un droit fondamental dans un pays libre. Nous avons vu que dans les dictatures, les journalistes n'avaient pas le droit de dire tout ce qu'ils voulaient, ni ce qu'ils pensaient et qu'ils risquaient gros s'ils le faisaient... 

 

Une quinzaine de médias interdits d'entrée à la soirée électorale du FN

Le parti frontiste explique son choix en raison d'un " manque de place ". Le Monde | * Mis à jour le Sur Twitter, des journalistes des sites Buzzfeed, Mediapart, Les Jours, Rue89, StreetPress, Politico, Bondy Blog, Explicite, Brut, Konbini, mais aussi de l'hebdomadaire Politis ou de l'émission " Quotidien ", présentée sur TMC par Yann Barthès, ont indiqué s'être fait refuser l'accréditation par le parti d'extrême droite.

http://www.lemonde.fr

 


03 mai 2017

Attentats végétaux !

Marre des attentats ? Moi aussi ! Alors, j'ai décidé de vous apprendre à faire des bombes mais pas n'importe lesquelles : des bombes gentilles ! Lorsque j'ai tenté de vous faire deviner de quoi il s'agissait, certains ont proposé des bombes de bisous : l'idée me tente bien pour une autre fois, je vais y réfléchir ! En attendant, nous avons fabriqué des bombes de graines (de fleurs !). Cela s'appelle "seed bombs" en anglais.

L'idée, c'est de végétaliser des endroits dans la ville que l'on voudrait embellir : un terrain vague, un pourtour d'arbre entre 2 voitures, un talus dans un parc, etc.

2 raisons à cela : 1. rendre la ville plus belle

                          2. participer à l'installation d'un écosystème en permettant aux insectes de se nourrir et à notre pettie échelle, protéger la planète, etc.

 

Voici notre "recette" :

- 10 cuillères à soupe de terreau

- 8 cuillères à soupe d'argile en poudre (n'importe laquelle)

- 1 cuillère à soupe de graines

mélangez tout intimement

ajoutez 50 ml d'eau petit à petit jusqu'à l'obtention d'une consistance "pâte à modeler"

formez des boules de la taille d'une noix et laisser sécher 24h le temps que l'argilese solidifie.

 

Il ne reste plus qu'à fignoler votre plan pour la guérilla végétale ! Après, vous me ferez un rapport détaillé de votre plan d'attaque ;))

   

 

Comment faire des bombes à graines ?

Aussi appelées seed bombs, les bombes à graines pourraient bien sauver la planète ! Inventées dans les années 70 en plein mouvement " Flower Power ", elles font leur grand retour. Aujourd'hui, lancer une bombe à graines en ville, c'est donner une chance à la nature de reprendre ses droits, en permettant à des fleurs et autres végétaux de pousser un peu partout.

http://www.femmeactuelle.fr

 

A l'assaut des villes avec le seed bombing

Encore peu connu en France, le seed bombing est une pratique de végétalisation qui commence à faire parler d'elle. Une enseigne bio la met aujourd'hui en lumière et propose à ses visiteurs de se lancer dans la confection de bombes végétales.

https://labrecheurbaine.com

Green Guerilla - ARTE

 

 

 

 

Trump supprime le programme "manger sain dans les écoles" de Michelle Obama

Les Etats-Unis d'Amérique font face à un gros problème de santé : l'obésité (le fait d'être en surpoids très très important) d'une partie sans cesse plus grande la population.

A quoi cela est-il dû ? Nous avons vu que le problème venait essentiellement d'une alimentation trop riche en graisse, sel et sucre. Au-delà des considérations esthétiques (est-ce que c'est beau ou pas, là n'est pas la question la plus importante), je vous ai expliqué que cela avait de graves conséquences sur la santé des gens : problèmes de diabète, de cholestérol, maladies cardio-vasculaires (les artères qui se bouchent : très grave !), etc. 

Michelle Obama a décidé que c'était en priorité aux enfants qu'il fallait s'adresser : l'école est un endroit où l'on se forge des habitudes qui peuvent être conservées toute une vie. Elle mettait dés lors l'accent sur un programme qui diminuait les graisses, le sel et le sucre dans les cantines scolaires notamment en privilégiant les céréales complètes. 

L'administration Trump a supprimé ce programme en avançant plusieurs arguments : les aliments avaient l'air moins appétissants et donc, il y avait plus de gaspillage, les meilleurs standards de qualité des aliments représentaient un surcoût de 1,2 milliard de dollars (sur les 5 dernières années !). 

En gros, l'alimentation de moindre qualité coûte moins chère et tant pis si cela coûte bien plus que 1,2 milliard de dollars plus tard quand une partie encore plus importante de la population souffrira d'obésité et de toutes les maladies qui en découlent.

 

Trump annule le programme de Michelle Obama pour manger sain dans les écoles

L'administration Trump a mis un frein à un programme initié par l'ancienne Première dame, Michelle Obama, pour promouvoir des repas plus sains dans les cantines scolaires avec moins de sel, de graisses et de sucre.

http://www.lesoir.be

Ce fut aussi l'occasion pour nous de reparler de la pyramide alimentaire, de nos habitudes de manger en famille autour d'une table, contrairement aux Américains, du fait-maison plutôt que du tout prêt, etc.

Posté par Anne de morale à 16:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

comment faire une recherche dans le blog ?

Pour les élèves avec lesquels on a parlé emballage Raider, déchets, candidate émission de téléréalité, pollution, etc., je vous explique comment retrouver des infos plus anciennes sur le blog... 

Si vous souhaitez revoir les photos que je vous ai montrées en classe (et d'autres !), dans le rectangle muni de la petite loupe, situé à droite de l'écran en dessous du calendrier, tapez "déchets", "océan", "maldives" ou "pollution" et vous trouverez l'article complet et bien plus ;)

Posté par Anne de morale à 14:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

29 mars 2017

60 ans du Traité de Rome

Le Traité de Rome a été signé, comme son nom l'indique à Rome le 25 mars 1957 entre 6 pays : France, Belgique, Allemagne, Luxembourg, Italie, Pays-bas. Ce traité est considéré par beaucoup comme la naissance de l'Europe. 

Nous avons parlé des raisons qui ont poussé ces pays à s'allier : on sort de 2 guerres mondiales qui ont ravagé les pays impliqués. Ces pays mettent des années à s'en remettre et se disent "plus jamais cela". Par la suite, viendront les rejoindre de nombreux autres pays pour former à présent une Europe à 28 selon le principe qu'ensemble, on est plus forts. Mais la machine devient très difficile à gouverner car c'est compliqué de mettre tout le monde d'accord quand on est nombreux...

La Grande Bretagne a signé aujourd'hui même le 1er document qui va la faire sortir de l'Union européenne (appellation officielle depuis 1993). C'est le Brexit (Britain + exit = Grande Bretagne + sortie). Nous serons bientôt à 27 et nous attendons de voir le résultat des élections en France car certains candidats, s'ils étaient élus, prendraient bien le même chemin.

Nous avons parlé des problèmes de la Grèce aussi et, avec certains, de la crise provoquée par les migrants. Nous avons reparlé de l'espace Schengen Nous avons aussi évoqué la montée du populisme, des opinions racistes dans certains pays. Bref, beaucoup de problèmes à résoudre pour les années à venir.

 

60 ans du Traité de Rome: découvrez les grandes dates de la construction européenne

Envie d'en connaître encore plus ? Quand la signature du traité de Rome il y a 60 ans traçait la voie vers une autre Europe

https://www.rtbf.be

 

Quand la signature du traité de Rome, il y a 60 ans, traçait la voie vers une nouvelle Europe

Les plus sceptiques auraient pu y voir un signe. Le 25 mars 1957, il pleuvait sur la capitale italienne lors de la signature du traité de Rome. Considéré comme l'acte fondateur de la construction européenne, l'événement réunit alors les représentants de six pays, dont la Belgique.

http://www.rtbf.be



Mélanie, trisomique, présentatrice météo d'un jour

Le 21 mars, en plus de célébrer la diversité, était aussi le jour de la trisomie qui s'inscrit dans ce cadre. Nous avons d'abord vu, sans trop entrer dans les détails compliqués, ce qu'était la trisomie 21et comment cela se répercutait sur les personnes qui étaient atteintes de ce syndrome.

Je vous ai raconté l'histoire de Mélanie, 21 ans, trisomique, qui a posté un message car elle rêvait de présenter la météo. Elle a réalisé son rêve après 3 jours d'entrainement intensifs. Nous avons vu que ce n'est pas facile de présenter la météo et encore plus quand on ne sait pas lire...

 

Atteinte de trisomie 21, Mélanie a présenté la météo sur France 2 (vidéo)

Une jeune Française atteinte de trisomie 21, Mélanie Ségard, a réalisé son " rêve " en présentant ce mardi soir à 20h35 le bulletin météo de la chaîne publique de télévision France 2. La présentatrice Anaïs Baydemir a commencé avant de lui laisser la place sur le plateau.

http://www.lesoir.be

 

Trisomique, Mélanie se prépare à présenter la météo sur France 2

Elle est atteinte de trisomie 21 et elle veut faire une démonstration : montrer que les personnes handicapées peuvent trouver leur place. Elle s'est mise en tête de présenter la météo, France Télévisions lui a ouvert la porte ce mardi 14 mars.

http://www.francetvinfo.fr

 

Mais le rêve de Mélanie n'est pas du tout de devenir présentatrice météo en guise de métier : elle voulait simplement se lancer un défi et prouver à tous que les trisomiques sont capables de beaucoup de choses. L'événement était suivi sous le hashtag Mélaniepeutlefaire. En fait, Mélanie revendique une vie comme vous et moi. Ecoutez la : elle voudrait faire des études, avoir son appartement, voir ses amis, etc. mais elle explique que ce n'est pas facile.

 

Voici la météo de Mélanie sur France 2 (VIDEO)

C'est donc France 2 qu'a choisi Mélanie, cette fille de 21 ans atteinte de trisomie 21 et qui avait très facilement atteint l'objectif de 200.000 "J'aime" sur Facebook pour présenter la météo le temps d'un essai. Derrière cette action, une campagne ...

http://www.lalibre.be

Nous avons ensuite évoqué cette vidéo en anglais dont je vous ai expliqué la teneur... "Non, les trisomiques n'ont pas des besoins spéciaux mais des besoins humains"

 

Non, les personnes trisomiques n'ont pas de " besoins spéciaux "

Réponse absurde à un cliché grotesque. À l'occasion de la journée mondiale de la trisomie 21 qui a lieu le 21 mars, Publicis New York dévoile une vidéo décalée pour la fédération italienne CoorDown. Le spot se penche sur la caricature faite des personnes atteintes de trisomie, et de leurs soit-disant " besoins spéciaux ".

http://lareclame.fr

Et nous terminons ce sujet par une publicité danoise qui est un appel à accepter la diversité, toutes les diversités. La vidéo s'appelle "all that we share", ce qui signifie "tout ce que nous partageons". On commence par mettre les gens dans des cases : ceux qui sont haut-placés, ceux qui arrivent à peine à survivre, ceux à qui ont fait confiance, les gens de la campagne, ceux qui n'ont jamais vu une vache, les religieux, ceux qui ont confiance en eux, etc. Ces gens sont regroupés dans différents endroits de la salle. Puis, on leur pose des questions. Par exemple "qui était le clown de sa classe ?", "qui est beau-parent ?", "ceux qui aiment danser ?", etc. Et finalement, toutes les personnes qui étaient dans les cases de départ se sont mélangées et il y a "nous", il n'y a plus que des personnes dans leur individualité. La conclusion de cette vidéo est que "peut-être que nous avons plus en commun que nous le pensons". Nous discuterons de ce que tout cela veut dire et du rapport avec Mélanie et ce qui précède.

 

Cette pub danoise pour la diversité fait du bien

Postée sur YouTube, la publicité "All That we Share" de la chaîne TV2 a déjà été vue plus de 700.000 fois.

http://www.huffingtonpost.fr

Enfin, je termine par un extrait du film belge dont j'ai parlé à certains : "Le 8ème jour" qui raconte l'amitié entre un homme d'affaires et un trisomique joué par Pascal Duquenne. Notez au passage le visage de la vendeuse qui change quand Pascal Duquenne se retourne et qu'elle voit qu'il est trisomique...

Moi, je veux les chaussures...

Bande annonce du film, si jamais vous avez l'occasion de le voir en entier... c'est un super film !

Le Huitième Jour