A quoi ça sert de travailler ? A gagner de l'argent pour avoir à manger, un endroit où habiter et de quoi s'habiller. Certains m'ont dit : "oui mais parfois, on aime son travail. Parfois le travail nous plaît". Nous avons beaucoup discuté de tout cela. On a aussi discuté du fait que parfois certains travaillent tellement qu'ils n'ont plus le temps de vivre ni de profiter de l'argent qu'il gagne en travaillant.

Ensuite, nous avons échangé nos points de vue à propos de plusieurs cas récents (le plus vieux cas reporté ici date d'il y a 3 mois) que je vous ai soumis.

D'abord l'histoire d'un petit chef dans une administration à Amsterdam qui envoie un mail à toutes ses employées pour leur dire que désormais, il est interdit de venir travailler en mini-jupe, robe ou en bottes hautes parce que ces tenues choquent certains administrés. Dans nos discussions, il a été question de liberté de choix et de jugement.

 

Amsterdam: scandale dans une administration suite à l'interdiction du port de la mini-jupe

L'affaire a lieu aux services à la population d'Amsterdam-Nieuw West, l'une des sept divisions administratives de la ville. Un chef d'équipe a pris l'initiative personnelle d'envoyer un mail à ses collaborateurs, et plus précisément collaboratrices, leur demandant de respecter à l'avenir un nouveau code vestimentaire.

http://www.levif.be

 

Ensuite, l'histoire de cette présentatrice météo sur une chaîne de télé américaine obligée d'enfiler un gilet qu'on lui tend en plein direct parce que des téléspectateurs écrivent en direct à la chaîne pour signaler que sa petite robe noire à fine bretelle est inappropriée ! Elle riposte après l'émission en publiant la photo de ses collègues masculins qui, assis derrière leur pupitre, présentent, pour le haut du corps, tous les attributs de l'homme sérieux (chemise, cravate, veston) et qui en dessous du pupitre portent parfois short et baskets !!!

 

Jugée trop "sexy", une présentatrice météo se rhabille en direct

Sa robe à paillette noire a visiblement choquée. Samedi soir, Liberté Chan, miss météo d'une chaîne californienne, KTLA, a dû se rhabiller en direct. En cause: l'avalanche de critiques des téléspectateurs. En pleine présentation de son bulletin, une personne lui tend alors une veste grise. Elle demande alors: "Tu veux que j'enfile ça?".

http://www.lexpress.fr

 

On a enchaîné avec l'histoire de cette Anglaise qui s'est fait virer lors de son 1er jour de travail car elle refusait de porter les chaussures à très hauts talons qu'on voulait l'obliger à chausser. 9 heures de travail debout perchée sur ses talons aiguilles, c'est tout simplement impossible pour elle ! Elle décide de protester et récolte 100.000 signatures pour sa pétition contre l'obligation de porter des hauts talons au travail. Lors de nos discussions sur le sujet, nous avons mis en avant le fait que ce sont des hommes qui l'obligent à porter ses talons pendant qu'eux, portent de confortables chaussures plates. Nous avons expliqué que c'était du SEXISME: c'est comme du racisme mais c'est quand on fait une différence entre les hommes et les femmes.

 

Une Anglaise licenciée parce qu'elle ne portait pas de talons : est-ce légal en France ?

Dès son premier jour de travail dans une entreprise londonienne, Nicola Thorp a dû rentrer chez elle. Parce qu'elle ne portait pas de talons hauts : "Je devais travailler pendant neuf heures debout, j'ai dit que je ne pourrai pas le faire en talons. On m'a proposé d'aller en acheter ou de rentrer chez moi."

http://tempsreel.nouvelobs.com

 

Pour illustrer cette notion, nous avons parlé d'un autre cas qui concernait une serveuse de bar obligée par son patron de porter des hauts talons. Son amie publie la photo de ses pieds en sang pour expliquer la torture infligée. Là aussi, il y a sexisme car là où les serveurs de ce bar peuvent porter un pantalon noir et un t-shirt noir trouvés dans leur garde-robe, les serveuses sont obligées d'acheter un uniforme qui coûte 30 dollars ! En plus de cette histoire de chaussures à talons.

 

Les pieds en sang de cette serveuse obligée de porter des talons au travail choquent: Elle a perdu l'ongle d'un orteil

Cette photo des pieds ensanglantés d'une serveuse d'une chaîne de restaurants canadienne font le tour du monde. Son amie, Nicola Gavins, l'a postée sur son compte Facebook, expliquant: "Selon leur règlement, les employées doivent toujours porter des hauts talons sauf contre-avis médical.

http://www.rtl.be

 

Nous avons continuer notre petit tour d'horizon en parlant d'une firme suédoise toute fière d'avoir inventé la petite puce de la taille d'un grain de riz à implanter dans le bras, sous la peau, afin de remplacer le badge qui sert normalement à ouvir les portes du bâtiment dans lequel on travaille. Mais attention, en général, cette puce sert aussi à signaler à votre employeur à quelle heure vous entrez et sortez du bâtiment. On a discuté pour savoir si c'était bien ou pas que le chef possède ce genre d'infos. On a dit quand même que l'employeur payait ses employés pour travailler et qu'il pouvait y avoir un certain contrôle. Mais nous avons fini par dire qu'il fallait rester vigilant et qu'on pouvait craindre que cette puce ne fournisse d'autres renseignements qui ne concernent le patron en aucune façon. Nous avons parlé de la notion de vie professionnelle / vie privée. Je vous ai parlé d'un roman que vous lirez, je l'espère !!, en secondaire : 1984 de George Orwell où à force d'être controlé, surveillé de partout, il est super facile de diriger le monde. Et on a parlé des dérives que ce genre de puces pouvait entrainer.

 

Une puce implantée sous la peau d'employés suédois

TECHNOLOGIES - Des salariés d'une société suédoise ont accepté d'avoir une puce électronique dans la main. Elle doit remplacer leur badge d'accès au bâtiment.

http://www.europe1.fr



Nous avons terminé par un cas hallucinant révélé récemment dans la presse grâce à un rapport d'Oxfam qui dénonce les conditions inhumaines dans lesquelles travaillent les ouvriers employés dans les chaines de conditionnement des poulets aux USA. Des employés qui ne bénéficient que de 2 pauses par semaine pour se rendre aux toilettes, qui doivent parfois attendre une heure qu'on vienne les remplacer quand ils doivent se rendre aux toilettes. Certains arrêtent tout simplement de boire pour ne pas devoir y aller ! Pire que tout, d'autres en arrivent à mettre des langes pour travailler car ils ne peuvent pas se permettre de s'arrêter de travailler !!!

 

"Je devais porter un Pampers", les conditions dégradantes des ouvriers de l'industrie du poulet aux Etats-Unis

L'ONG britannique Oxfam a publié mardi un rapport dénonçant les conditions dégradantes des ouvriers travaillant à la chaîne dans le secteur de la volaille aux USA. Certains étant parfois obligés de porter des langes pour ne pas ralentir le processus de production en se rendant aux toilettes.

http://www.levif.be